Un brin d’histoire

UN BRIN D’HISTOIRE :

ATELIER ALTITUDE INC.

Les parents dont les enfants avec déficience intellectuelle fréquentaient le « Pavillon des Érables » (école spécialisée pour ces enfants) pensaient à l’avenir de leurs jeunes et pensaient aussi aux plus âgés qui étaient sortis de l’école et qui n’avaient aucun endroit pour parfaire leur éducation et leurs apprentissages manuels.

Après plusieurs années de recherches, de demandes, de rencontres et d’études,  l’association des déficients mentaux Blainville-Deux-Montagnes, dont les parents étaient membres, obtient un programme en 1975.  Ce programme appelé Le Tremplin était accordé par M. Jean-Paul L’Allier, député fédéral.   Dix bénéficiaires qui à ce moment n’avaient pas accès au seul atelier protégé existant (la Ruche de St-Jérôme), profitèrent de ce projet qui se déroulait au sous-sol de l’église de St Eustache.

Lorsque la subvention prit fin, ce programme fut pris en charge par La Ruche et ce fut le 2e centre de travail adapté. Douze bénéficiaires des régions St-Eustache et de Sainte-Thérèse purent alors continuer leurs travaux.

Les listes d’attente de ces deux centres de travail adapté continuait d’augmenter et bien des personnes handicapées vivaient encore dans  l’oisiveté à la maison.

Une deuxième tentative

En 1979, les parents (toujours les mêmes avec quelques nouvelles figures)  se décident d’ouvrir un centre « occupationnel » pour des personnes qui n’étaient pas acceptées ailleurs parce qu’elles n’étaient pas assez performantes, ni aptes à un travail assidu. D’autres personnes moins handicapées se joignent au groupe.

Le financement est alors assuré par l’Association des déficients mentaux, les Charités de Sainte-Thérèse administrées par l’église-mère, les Fermières de Sainte-Thérèse, la Commission scolaire, le Centre de bénévolat, la St-Vincent-de-Paul, la ville de Sainte-Thérèse et en1980, le Club Kiwanis de Sainte-Thérèse.

De février 1980 à février 1983, trois projets de Développement Communautaire Canada furent obtenus. C’est ce qui permit d’avoir du personnel salarié mais toujours, des personnes bénévoles prêtaient main-forte dans cette tâche exigeante.

Depuis longtemps un conseil s’était formé dans le but d’obtenir du transport adapté. Mmes Blanchet et Dugas faisaient partie des demandeurs de ce service.

St-Eustache réussit à obtenir son transport adapté et quelque temps après Sainte-Thérèse aussi,  après des demandes répétées.

Avec la création des MRC, le transport adapté a facilité les allées et venues nécessaires aux utilisateurs. Enfin finis,  les maux de tête pour régler les transports des bénéficiaires qui avaient de grandes distances à parcourir matin et soir. Ce fut un cadeau du ciel qui permit le développement du bénévolat provenant des paroisses, des villes, des clubs sociaux et des individus.

Pointe-Calumet devint le point de service du Centre occupationnel pour la MRC de Deux-Montagnes et Sainte-Thérèse conserva les mêmes locaux améliorés et agrandis pour la MRC Thérèse-de-Blainville.

C’est en février 1983 que monsieur le Chanoine Pierre Bergevin, curé de la paroisse Sainte-Thérèse, Mme Jacqueline L. Leduc, travailleuse sociale et Mme Jacqueline Dugas professeure et parent d’une fille handicapée, aidés de membres du Club Kiwanis et de quelques autres parents, ont mis sur pied un Atelier pour handicapés et ont rédigé les règlements généraux, la philosophie ainsi que la charte et les lettres patentes.

Le 16 mai 1983,  c’était l’ouverture officieuse de Atelier Altitude Inc. Le nom avait été choisi par l’abbé Pierre Bergevin.

Les objectifs généraux  étaient : l’autonomie, la socialisation, les  habiletés manuelles, l’intégration et la reconnaissance comme personne à part entière des personnes vivant avec un handicap intellectuel.

Ce ne fut pas le fruit d’une création spontanée, mais d’un long cheminement basé sur la foi.

Depuis, l’Atelier Altitude offre ses services 5 jours par semaine. L’organisme offre aussi un camp de jour et un camp d’été.

En mai 1983,  il y avait 8 bénéficiaires. En 1986, il y en avait 20 et de nos jours on compte plus de 40 usagers.

Les débuts de l’Atelier furent modestes et pauvres. Nous avions deux tables et des chaises, une cuisinière, propriété de la Fabrique, de même qu’une vieille machine à coudre.

Quel dénuement !

Les parents, les bénévoles, et d’autres personnes nous ont aidés à nous procurer le minimum nécessaire pour fonctionner.

Les travaux du début étaient : le tricot, la couture, le macramé, le tissage, la peinture, les tapis tressés sur corde et au clapet… Le vendredi la cuisine, sa  théorie et sa pratique. Plus tard le travail avec perles de toutes formes et de toutes couleurs, les cartes pour toutes occasions, le papier fait main, les bougies en cire d’abeille…

Chaque époque a amené de nouvelles tendances : fabrication de papier, le tricotin, le travail indien avec de minuscules perles (colliers, porte-lunettes, bracelets), la courtepointe, le scrapbooking… sans oublier le travail à la chaîne.

Nos locaux ont été restaurés à quelques reprises, la plupart du temps par des bénévoles. Au fil des ans,  l’Atelier a pu s’équiper de tous les outils nécessaires à son bon fonctionnement.

En 1987 on instaure une nouvelle forme de financement : la vente de Poinsettias. La première année, on vend 70 plants.  Avec l’aide des bénévoles, le nombre des ventes a augmenté à chaque année. Il y a aussi eu des années où nous tenions un bazar afin de ramasser les fonds nécessaires pour subsister.

Cet organisme qui a débuté sans le sou s’est développé au cours des années avec l’aide de la paroisse de Sainte-Thérèse, de la Société d’Entraide familiale, du Club Kiwanis, de la Commission scolaire/secteur adultes, du Service socioculturel de Sainte-Thérèse, de Centraide, de Carrefour-Accès-Loisirs et plus tard, de la Fondation le Verdier et du Club Lions.

Tous ont cru en la nécessité et la valeur de l’atelier.

Quelque temps plus tard, nous avons reçu des subventions du gouvernement provincial. C’est encore actuellement notre source de revenus principale.

En 1986 l’Atelier Altitude Inc. a été accrédité par le Ministère de l’Éducation du Québec comme Organisme d’Éducation populaire pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle et reconnu par le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec comme organisme de maintien à domicile pour ces mêmes personnes.

Jacqueline Dugas
Co-fondatrice et bénévole

 

Tous les présidents du Conseil d’Administration :

  • Mme Thérèse Blanchet
  • Mme Jacqueline L. Leduc
  • M. Yvan Martel
  • Mme Jacqueline Dugas
  • M. André Foisy
  • M. Gilles Boivin

 

Tous les directeurs :

  • Mme Jacqueline Dugas
  • M. Alain Trépanier
  • Mme Danielle Thinel

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Atelier Altitude est un organisme d'éducation populaire pour des personnes adultes vivant avec une déficience intellectuelle.